CONATEL

Conseil National des Télécommunications

Enregistrement des cartes SIM

S'il est vrai que l'expansion des services de télécommunications, particulièrement celle de la téléphonie mobile, représente l'un des facteurs clés de développement d'un pays, la prolifération anarchique de téléphones mobiles dont les propriétaires ne sont pas identifiés peut entrainer de graves problèmes de sécurité. Parmi les fléaux découlant du défaut d'enregistrement de certaines cartes SIM, on peut citer le kidnapping, les coups de fil anonymes et les Fraudes Téléphoniques (le bypassing en particulier).

Le CONATEL, avec le support des autorités judiciaires, a publié plusieurs résolutions portant sur l'obligation des opérateurs d'identifier tous les détenteurs de téléphones portables en activité.

En dépit de cette disposition règlementaire, plusieurs dérives ont été constatées. Les opérateurs accusent un fort pourcentage d'abonnés non-identifiés. Parallèlement, les cas de fraudes téléphoniques et de crimes dans lesquels sont impliquées des cartes SIM non-enregistrées se multiplient.

Pour y faire face, le CONATEL a organisé plusieurs séances de travail avec la participation des opérateurs, du Secrétaire d'Etat à la Sécurité Publique et des représentants de la Police Nationale, de la Présidence, etc. Chaque ébauche de solution a été rigoureusement analysée en tenant compte, d'une part, de ses impacts économiques et sociaux et, d'autre part, de la lourdeur du processus décisionnel compliquant davantage le travail à cause d'une réalité incontournable : un fort pourcentage de la population haïtienne ne détient aucune pièce d'identité. Dans ce contexte, l'Office National d'Identification (ONI) promet d'accélérer le travail d'identification des citoyens. Mais en attendant, on ne saurait priver la majorité de la population du droit d'accès aux services téléphoniques. Evidemment, des solutions adaptées à la situation ont été adoptées.

En outre, le CONATEL a lancé une grande campagne de sensibilisation incitant les consommateurs à contribuer à leur propre sécurité en enregistrant leurs cartes SIM auprès de leurs Fournisseurs de Services. Plusieurs canaux de communication sont utilisés : la radiodiffusion (spot audio et vidéo), les manifestations culturelles (distribution de T-shirts pour le carnaval), etc.

Pourtant, le nœud gordien demeurait dans les conditions de vente des cartes SIM. Il fallait alors fixer certaines règles en tenant compte des composantes de la chaine de distribution utilisée pour écouler chaque carte jusqu'à son utilisateur final. Ainsi, le CONATEL a clairement défini, dans une circulaire, les conditions de vente des cartes SIM. Il s'agissait du renforcement de la responsabilité des Distributeurs Autorisés et de leurs Vendeurs. Aussi des sanctions, allant jusqu'à la fermeture de la chaine de vente d'un Distributeur, sont-elles prévues en cas de violation des règlements établis. D'autres structures de contrôle ont été mises en place — tant au niveau des opérateurs que celui du CONATEL — afin de vérifier le plein respect des dispositions réglementaires et de prendre les mesures adéquates.

/ Actualités

L'organe Exécutif du Conseil National des Télécommunications (CONATEL) a procédé ce vendredi 6 Juin 2017 à la remise d’un lot d’équipements qui contient un Exciter et un STL receiver de marque RVR, au Rev. Pasteur Gerard Forges, PDG de la Station de Radio Roc Solid FM, émettant à Tabarre 27 sur la...
L’ÉTAT DE L’ÉCONOMIE DE LA CULTURE EN HAÏTI ET DANS LA CARAÏBE Économie de la culture. Je l’encapsule dans la nouvelle spécialité de la science économique : l’étude de la manière dont les peuples et les individus exploitent les héritages ancestraux et naturels, et produisent, organisent,...

Programme de Scolarisation Universelle Gratuite Obligatoire (PSUGO)

Recette collectée pour la période
15 juin 2011 - 09 mars 2017
USD 142,263,932.38

Plus de détails

/ twitter

/ restez-connectés

   

Image de sensibilisation